Pompeo exhorte le Vatican à se mobiliser pour les victimes d’oppression religieuse en Chine

Le secrétaire d’État américain Mike Pompeo a exhorté le Vatican à se joindre aux États-Unis pour dénoncer les violations de la liberté religieuse en Chine, déclarant que l’Église catholique devrait être en première ligne dans la lutte pour insister sur les droits fondamentaux de l’homme dans ce pays.


Pompeo a lancé cet appel lors d’une conférence sur la liberté religieuse organisée le 30 septembre par l’ambassade des États-Unis auprès du Saint-Siège. Elle s’est tenue au moment où le Vatican entame des négociations délicates avec le régime de Pékin sur l’extension de son accord controversé sur la nomination des évêques.


Pompeo a appelé l’Église catholique à prendre la défense de ses fidèles qui sont opprimés en Chine par le régime communiste en raison de leurs croyances.


" Cependant, nulle part aujourd’hui, la liberté religieuse n’est plus attaquée qu’à l’intérieur de la Chine. C’est parce que, comme pour tous les régimes communistes, le Parti communiste chinois se considère comme l’autorité morale ultime ", a déclaré M. Pompeo dans son discours à la conférence.


Le régime chinois a profané et détruit des églises et des sanctuaires catholiques et emprisonné des évêques comme Augustine Cui Tai, ainsi que des prêtres et des dirigeants laïcs, en relation avec les mouvements de défense des droits de l’homme à Hong Kong et dans d’autres régions de Chine, a déclaré M. Pompeo.


" Les autorités ordonnent aux habitants de remplacer les photos de Jésus par celles du président Mao et celles du secrétaire général Xi Jinping ", a déclaré M. Pompeo.


Un manuel approuvé par le régime chinois pour être utilisé dans les écoles de formation professionnelle à travers la Chine comprend un passage de la Bible modifié.


" La mission de défense de la dignité humaine – et de la liberté religieuse en particulier – reste au cœur de la politique étrangère américaine ", a déclaré M. Pompeo. Bien que les États-Unis aient parlé au nom des opprimés, utilisé diverses mesures pour punir les responsables de ces abus et aient exhorté d’autres pays à se joindre à eux dans ce plaidoyer, leurs « efforts sont limités par les réalités de la politique mondiale », a déclaré M. Pompeo.


Cependant, " l’Église est dans une position différente, [car] les considérations terrestres ne devraient pas décourager les positions de principe basées sur des vérités éternelles ", a déclaré M. Pompeo, citant l’exemple du père Bernhard Lichtenberg, un prêtre allemand qui a été emprisonné par les nazis et est mort en détention à la Gestapo pour s’être prononcé contre la persécution des Juifs par les nazis et pour avoir aidé les opprimés.


Mike Pompeo a également rappelé comment le pape Jean-Paul II " a joué un rôle essentiel dans le déclenchement de la révolution de conscience qui a fait tomber le rideau de fer » et « a défié l’autoritarisme en Amérique latine ".


« J’exhorte tous les chefs religieux à faire preuve d’un témoignage moral et audacieux similaire au nom de la liberté religieuse, pour la dignité humaine et pour la paix ", a-t-il déclaré. " Les responsables chrétiens ont l’obligation de parler au nom de leurs frères et sœurs en Irak, en Corée du Nord et à Cuba. "


" Le Parti communiste chinois a frappé toutes les communautés religieuses en Chine : les églises protestantes, les bouddhistes tibétains, les pratiquants du Falun Gong ainsi que les musulmans ouïghours du Xinjiang et bien d’autres encore. Bien entendu, les catholiques n’ont pas non plus été épargnés par cette vague de répression. "


" Nous devons soutenir ceux qui réclament la liberté à notre époque ", a déclaré M. Pompeo. Citant Saint Jean-Paul II, le pape à la retraite Benoît XVI et le pape François, M. Pompeo a appelé à un plus grand engagement de la part des chefs religieux pour défendre tous les croyants.


" Être une église ‘en état permanent de mission’ a de nombreuses significations », a déclaré M. Pompeo, citant François. " L’une d’entre elles est certainement d’être une église qui défend en permanence les droits fondamentaux de l’homme. "


Le secrétaire d’État du Vatican, le cardinal Pietro Parolin, a également parlé en termes généraux de la défense depuis longtemps de la liberté religieuse par le Saint-Siège, mais il n’a pas mentionné nommément la Chine ni aucun autre pays.


Au début de ce mois, M. Pompeo a publié un essai dans un magazine catholique, First Things, qui critiquait vivement les plans du Saint-Siège de renouveler un accord vieux de deux ans avec Pékin, et suggérait que le Vatican avait compromis son autorité morale en signant un accord de 2018 avec Pékin qui permet au régime de nommer les évêques de Chine.


Source : The Epoch Times

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.