Département d’État américain : " Un mouvement mondial pour la liberté religieuse est désormais une réalité "

À l’occasion de la Journée internationale de la liberté religieuse (27 octobre), le secrétaire d’État américain Michael Pompeo a publié un communiqué de presse réitérant les efforts des États-Unis en matière de liberté religieuse.


Il s'agit de la poursuite des actions cohérentes du gouvernement américain pour contrer les persécutions fondées sur la croyance, en particulier celles qui ont eu lieu en Chine. Dans le monde entier, les États-Unis et d'autres pays occidentaux ont intensifié leurs efforts pour sanctionner les auteurs de violations des droits de l'homme, y compris ceux qui sont impliqués dans la répression du Falun Gong en Chine.


Communiqué de presse du Département d’État des États-Unis
La loi sur la liberté religieuse internationale a été adoptée par les États-Unis en 1998 pour promouvoir les droits fondamentaux de la liberté religieuse pour les personnes dans le monde entier, a fait remarquer Pompeo. "Un individu, indépendamment de sa religion ou de ses croyances, devrait être libre d'organiser sa vie selon sa conscience", a-t-il déclaré, ajoutant qu'il s'agissait là d'une priorité essentielle de la politique étrangère américaine.


"Pourtant, aujourd'hui, trois des plus flagrants agresseurs de la liberté religieuse dans le monde - la République populaire de Chine (RPC), l'Iran et la Corée du Nord - ont renforcé leurs mesures coercitives pour réduire leur propre peuple au silence", a-t-il poursuivi. "Pire encore, la RPC a cherché à éradiquer toutes les formes de foi et de croyance qui ne sont pas conformes à la doctrine du Parti communiste chinois".


"Un mouvement mondial pour la liberté religieuse est désormais une réalité", a conclu Pompeo, "un mouvement riche en diversité régionale, culturelle et politique - témoignant d'une vérité universelle et sans équivoque : chaque personne, partout, a le droit de croire ou de ne pas croire, de changer ses croyances, de parler de ses croyances, de se réunir et d'enseigner".


C'est pourquoi l'Alliance internationale pour la liberté de religion ou de conviction (IRFBA) a été lancée en février 2020, par laquelle "31 nations se sont engagées à participer à ce réseau de même sensibilité qui se consacre à relever les défis dans le monde entier". Depuis lors, plusieurs pays ont libéré des personnes emprisonnées à tort pour leurs convictions afin qu'elles puissent retrouver leur famille.


Engagement de 31 nations
Selon le Département d'État américain, l'IRFBA a été créée par des pays partageant les mêmes idées pour faire progresser la liberté de religion ou de convictions dans le monde. L'organisation estime qu'il faut faire davantage pour protéger les membres des groupes religieux minoritaires et lutter contre la discrimination et la persécution fondées sur la religion ou les convictions.


Le 22 octobre, lors d’un entretien avec ShareAmerica, il a déclaré : "La Chine a déclaré la guerre à la foi. Nous avons vu de plus en plus d’abus de la part du gouvernement chinois contre les croyants de presque toutes les religions et dans tous les endroits du continent ", " la Chine a accru sa répression des chrétiens, fermant les églises et arrêtant les croyants pour leurs pratiques religieuses pacifiques. Et pour cela, nous disons à la Chine: Ne vous méprenez pas; vous ne gagnerez pas votre guerre contre la foi. Cela aura des conséquences sur votre position dans votre pays et dans le monde entier."


Sanctionner les auteurs de violations des droits de l’homme
Au cours des derniers mois, de nombreux pays, dont les États-Unis, ont intensifié leurs actions contre les auteurs de violations des droits de l'homme.


Le 9 juillet, le gouvernement américain a annoncé qu'il allait sanctionner le Bureau de la sécurité publique du Xinjiang et quatre responsables du Parti communiste chinois (PCC) en vertu de la loi Global Magnitsky Act adoptée par le Congrès en 2016. "La Chine impose un règne de terreur aux minorités religieuses - chrétiens, bouddhistes tibétains, musulmans ouïgours, Falun Gong et autres", a rapporté le Wall Street Journal dans un article intitulé "La principale menace de la Chine est d'ordre moral" le 22 septembre 2019.


L'un des quatre responsables du PCC est Chen Quanguo, secrétaire du PCC dans la région autonome ouïghoure du Xinjiang, qui travaillait dans la province du Henan. Un autre article du Wall Street Journal, publié le 7 avril 2019, portait sur la violation des droits de l'homme commise par Chen lorsqu'il travaillait dans la province du Henan. "Après que le gouvernement ait mis hors la loi le groupe spirituel Falun Gong en 1999, M. Chen a participé à la répression en tant que haut fonctionnaire du Henan, avec des responsabilités dans la destruction des pamphlets, livres et CD du groupe. Il a ensuite supervisé les efforts visant à nettoyer les rangs du parti du Henan du Falun Gong en rééduquant et en expulsant les délinquants, selon les histoires provinciales", a écrit l'article intitulé "China's Hard Edge : The Leader of Beijing's Muslim Crackdown Gains Influence".


Le Parti démocratique fédéral allemand (FDP) a également adopté une loi Magnitsky en septembre. Gyde Jensen, membre du Parlement, a fait référence à la législation "ciblée, régime de sanctions personnelles au niveau européen et allemand" afin de punir les violations du droit humain et international dans le monde entier.


Bien que le Parlement européen ait adopté une résolution en 2019 pour que les pays membres adoptent des lois similaires à la loi Magnitsky des États-Unis, l'Allemagne ne l'a pas mise en œuvre, a expliqué M. Jensen. C'est pourquoi elle espère que des lois similaires à celles du Royaume-Uni et du Canada pourront être adoptées sur la base du Global Magnitsky Act.


Soumission de listes d'auteurs de violations des droits de l'homme contre le Falun Gong
Les pratiquants de Falun Gong ont également travaillé avec de nombreux gouvernements pour tenir les auteurs de violations des droits humains responsables de leurs crimes. En juillet 2020, des pratiquants de cinq pays (États-Unis, Royaume-Uni, Canada, Australie et Nouvelle-Zélande) ont présenté une troisième liste d’auteurs impliqués dans la persécution des pratiquants de Falun Gong en Chine.


Cette nouvelle liste fait suite à une liste présentée respectivement en septembre 2019 et en novembre 2019. Comme les précédentes, la nouvelle liste comprend des personnes à différents niveaux de gouvernement dans différentes régions de Chine.


Les auteurs de violations des droits de l'homme sont souvent poursuivis toute leur vie. Reinhold Hanning, un garde SS du camp de concentration d'Auschwitz en Pologne occupée entre 1942 et 1944, a été condamné par un tribunal allemand pour complicité dans 170 000 meurtres. Oskar Gröning, un autre garde SS stationné au camp de concentration d'Auschwitz jusqu'en 1944, a été reconnu coupable d'avoir facilité un meurtre de masse et condamné à quatre ans de prison à l'âge de 83 ans.


Article connexe en chinois :
人权问责法-恶徒将受惩

Version anglaise disponible à :
https://en.minghui.org/html/articles/2020/10/30/188034.html

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.