Les États-Unis sanctionnent quatorze fonctionnaires chinois avec leurs actifs bloqués et l’interdiction d’entrée aux États-Unis

Le Département d’État américain a annoncé le 7 décembre 2020 qu’il sanctionnait quatorze fonctionnaires du Parti communiste chinois (CCP) pour violation des droits humains. Les sanctions comprennent le blocage de leurs actifs aux États-Unis, l’interdiction aux personnes américaines de faire des transactions avec eux et leur interdiction pour eux et leur famille proche d’entrer aux États-Unis.

Le Secrétaire d’état, Mike Pompeo, annonce les sanctions contre quatorze fonctionnaires chinois


La liste comprend les quatorze vice-présidents du Comité permanent du congrès national du peuple (NPCSC). Il s’agit de Wang Chen, Cao Jianming, Zhang Chunxian, Shen Yueyue, Ji Bingxuan, Arken Imirbaki, Wan Exiang, Chen Zhu, Wang Dongming, Padma Choling, Ding Zhongli, Hao Mingjin, Cai Dafeng et Wu Weihua.


Mike Pompeo, Secrétaire d’État des États-Unis a déclaré dans un communiqué : “l’attaque incessante par Pékin contre les processus démocratiques de Hong Kong a vidé son Conseil législatif de sa substance, en faisant un tampon de caoutchouc sans opposition significative.”


Pompeo a condamné le NPCSC pour ne pas avoir suivi la déclaration commune et la loi fondamentale et avoir privé le peuple de Hong Kong de ses droits électoraux.


"Ces actions démontrent une fois de plus le mépris total de Pékin pour ses engagements internationaux dans le cadre de la déclaration conjointe sino-britannique, un traité enregistré par les Nations unies".


Pompeo a déclaré que le Département d’État tient les quatorze fonctionnaires sanctionnés pour responsables de leurs actes éhontés , y compris "l'élaboration, l'adoption ou la mise en œuvre de la loi de la République populaire de Chine sur la sauvegarde de la sécurité nationale dans la région administrative spéciale de Hong Kong". Il a également condamné le NPCSC pour avoir voté à l'unanimité en faveur de l'adoption de la loi sur la sécurité nationale afin d'aider le PCC à réprimer et à arrêter les dissidents qui s'élèvent contre les politiques oppressives de Pékin.


Pompeo a déclaré : "Nos actions d'aujourd'hui soulignent que les États-Unis continueront à travailler avec leurs alliés et partenaires pour tenir Pékin responsable d'avoir sapé l'autonomie promise à Hong Kong. Les États-Unis exhortent à nouveau Pékin à respecter ses engagements internationaux et à tenir compte des voix de nombreux pays qui ont condamné ses actions".


Les sanctions des quatorze fonctionnaires du PCC sont intervenues quatre jours après que Pompeo a condamné le gouvernement de Hong Kong pour avoir persécuté les partisans de la démocratie dans une déclaration du 3 décembre, dans laquelle il a déclaré que les États-Unis sont consternés par une telle persécution politique. “L’utilisation de tribunaux pour faire taire la dissidence pacifique est une caractéristique des régimes autoritaires et souligne une fois de plus que la plus grande peur du Parti communiste chinois est la liberté d’expression et la liberté de pensée de son propre peuple.”


“Les États-Unis continueront à travailler avec nos alliés et nos partenaires à travers le monde pour défendre les droits et libertés du peuple de Hong Kong et de tous ceux qui souffrent sous le régime répressif du PCC. Nous sommes aux côtés de Joshua Wong, Agnes Chow, Ivan Lam, Jimmy Lai, le peuple de Hong Kong et de tout le peuple chinois.”


Traduit de l'anglais
Version anglaise :
https://en.minghui.org/html/articles/2020/12/10/188701.html

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.