Les pratiquants de Falun Dafa des Pays-Bas soumettent au parlement des signatures appelant à la fin du prélèvement forcé d’organes en Chine

Le 10 décembre 2020, journée internationale des droits de l’homme, l’Association Falun Dafa des Pays-Bas a soumis des signatures à la chambre des représentants (Tweede Kamer) des Pays-Bas. Ils ont appelé le gouvernement néerlandais à prendre des mesures légales pour interdire le tourisme d’organes des Pays-Bas vers la Chine, de condamner le prélèvement d’organes sur des pratiquants de Falun Dafa et d’autres prisonniers d’opinion en Chine et de faire cesser la persécution du Falun Dafa.


Le 10 décembre 2020 a marqué la journée internationale des droits de l’homme, le jour où les Nations Unies ont adopté la déclaration universelle des droits de l’homme.

Les pratiquants de Falun Dafa font les exercices le jour de la Journée internationale des droits de l’homme devant la Chambre des représentants des Pays-Bas
Des gens signent la pétition pour soutenir le Falun Dafa.
Expliquer les faits à propos du Falun Dafa
Une pratiquante parle à un policier du Falun Dafa et de la persécution en Chine.


Un député néerlandais accepte officiellement les signatures et condamne le PCC
M. Martijn van Helvert, membre du parlement, s’est arrêté dans l’après-midi pour discuter avec les pratiquants. Il a officiellement accepté les formulaires de pétitions au nom de la Commission néerlandaise des affaires étrangères. La pétition demande au gouvernement néerlandais d'aider à empêcher le Parti communiste chinois (PCC) de tuer les pratiquants de Falun Dafa pour leurs organes et de contribuer à mettre fin à la persécution du Falun Dafa en Chine.


Une banderole déployée lors de la cérémonie de remise des pétitions disait : "Empêchez le PCC de tuer les pratiquants du Falun Dafa pour leurs organes", en néerlandais et en chinois.”.

M. Martijn van Helvert (à gauche), membre du parlement, accepte officiellement les feuilles de pétition de l’association de Falun Dafa néerlandaise.

Mme Wang Jiaen, présidente de l’Association Falun Dafa néerlandaise, a déclaré lors de l’évènement : “Le PCC continue à persécuter le Falun Dafa. Certains pratiquants ont même été tués pour leurs organes. Nous avons lancé cette pétition afin d’exposer la persécution et d’y mettre fin. Nous espérons que le gouvernement néerlandais puisse prendre des mesures pour arrêter la persécution et stopper la tuerie des pratiquants pour leurs organes, par le PCC.”


M. van Helvert a déclaré : “Merci pour votre travail ! Vous êtes courageux de faire cela. Si vous êtes menacés par le PCC, assurez-vous de le signaler à la police. Nous créerons un dossier pour cela.”


M. van Helvert a souligné : “nous allons continuer nos efforts, quelle que soit la difficulté pour traiter les problèmes de droits de l’homme en Chine. Je vais continuer y prêter attention et à les faire cesser. Nous devons faire savoir au PCC que chaque personne est une perle et que chaque individu a une valeur. La Chine est un beau pays. Je tiens à dire que le peuple chinois devrait avoir un meilleur gouvernement.


Nous ne sommes pas contre la Chine ou contre le peuple chinois. Nous sommes contre le comportement du PCC.”


Mme Wang Jiaen a officiellement remis les formulaires de pétitions à M. van Helvert.


Des représentants condamnent le PCC lors de la réunion de la commission des affaires étrangères
La commission néerlandaise des affaires étrangères a également tenu une réunion spéciale ce matin-là pour en apprendre davantage sur le prélèvement forcé d’organes en Chine de l’Association Falun Dafa néerlandaise.


Des représentants de trois partis ont participé à la réunion. Parmi eux, il y avait M. Martijn van Helvert du parti démocratique chrétien (CDA), Mme Lilian Ploumen du parti travailliste (PvdA) et M. Bram van Ojik du parti vert (GL). M. van Helvert a présidé la réunion au nom de la commission des affaires étrangères. Mme Ploumen a été ministre du commerce extérieur et du développement de 2012 à 2017.


Mme Wang Jiaen a présenté le Falun Dafa. Elle a dit que le Falun Dafa était très populaire en Chine après y avoir été présenté en1992. Cependant alors qu'en l'espace de 7 ans une centaine de millions de personnes avaient adopté la pratique, cela a suscité l’envie des autorités du PCC. Elle a déclaré : “à partir de juillet 1999, le PCC a mobilisé toute sa machine d’état pour persécuter les pratiquants de Falun Dafa et leurs familles. Les pratiquants ont été détenus, condamnés à la prison et soumis à une cruelle torture. Certains ont même été tués pour leurs organes.” Mme Liliane Ploumen a exprimé sa profonde sympathie après avoir écouté l’introduction.


Mme Susie Hughes de la coalition internationale pour mettre fin aux abus de transplantation en Chine (ETAC) , a présenté certaines conclusions du Tribunal Chinois. Elle a déclaré : “le prélèvement forcé d’organes est toujours d’actualité. Les pratiquants de Falun Dafa sont les plus importants donneurs.” Mme Hughes a suggéré aux membres du congrès de prendre des mesures concrètes pour aider à mettre fin aux prélèvements forcés d’organes. Les membres du congrès ont trouvé ses suggestions très utiles.


M. Wu Wenxin, directeur exécutif de la société internationale pour les droits de l’homme, a ensuite expliqué aux participants de la réunion les racines des problèmes de droits de l’homme en Chine et la nature du PCC.


Traduit de l'anglais :
https://en.minghui.org/html/articles/2020/12/17/188833.html

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.