Su Shi, l’ancien poète qui faisait passer le peuple en premier

Le géant littéraire Su Shi était aussi un fonctionnaire efficace et honnête qui a utilisé son courage pour aider les gens qu’il gouvernait. (Image: Winnie Wang / Vision Times)


L’un des plus grands lettrés de la Chine ancienne, l’ancien poète Su Shi (蘇軾), également connu sous son pseudonyme Su Dongpo (蘇東坡), n’était pas seulement un homme de lettres accompli, mais aussi un leader dévoué et déterminé.


Su Shi (prononcé à peu près « so shrr », pas « sushi »), a vécu dans les années 1000, pendant la dynastie song du Nord. Sa poésie, sa calligraphie, sa prose, sa peinture et d’autres œuvres ont une place unique dans le long fleuve de la culture chinoise.


En plus de ses extraordinaires réalisations littéraires, Su Shi était un fonctionnaire impérial sage et déterminé. Il prenait souvent sur lui d’aider le peuple en période de difficultés ou de catastrophes.


Par exemple alors que Shu Shi venait d’être transféré à la ville de Xuzhou, dans l’est de la Chine. Les inondations de la rivière Jaune gagnaient la ville, après avoir franchi la rive du village de Cao. Face à l’inondation, Su Shi a construit une petite hutte au toit de chaume au sommet des murs de Xuzhou afin de pouvoir mieux observer la catastrophe et prendre des décisions.

L’eau montait de plus en plus haut sur les murs de la ville, et il a bientôt semblé qu’ils pourraient s’effondrer à tout moment. Les riches habitants de Xuzhou se hâtaient de quitter la ville. Mais Su Shi a dit : " Si les riches partent, cela démoralisera tout le monde dans la ville. Tant que je serai là, l’inondation ne détruira jamais les mur de la ville. Voyant que le préfet ne vacillait pas, les riches sont retournés à Xuzhou.


Su Shi a alors appelé l’armée. Lorsqu’il est arrivé à la base militaire, il a dit au commandant : " La rivière qui déborde est sur le point de faire tomber le mur de la ville. La situation est urgente. Bien que vous soyez des gardes impériaux [responsables de la défense nationale, plutôt que locale], faites je vous prie de votre mieux pour aider.


L’officier a répondu : " L’inondation arrive, mais même le préfet n’a pas peur, alors de quoi devons-nous avoir peur ?" C’est ainsi que les généraux conduisirent les soldats avec pelles et pioches pour construire des digues et ériger des barrages.


Su Shi a dit : " La survie ou la disparition du pays dépend de sa moralité, pas de sa force. (Image: Domaine public)


Vivant hors de sa petite hutte, Su Shi a dirigé les efforts de lutte contre les inondations jour et nuit, ne revenant jamais à sa résidence principale, même en passant dans le cadre de son travail. Des pluies torrentielles se déversaient constamment, et il arrivait que les murs de la ville restent à peine au-dessus de l’eau.


Suivant l’exemple donné par la gouvernance de Su Shi, l’armée et la population de Xuzhou ont travaillé ensemble, détournant finalement l’inondation et sauvant la ville.


Lorsque les inondations ont cessé, Su Shi s’est occupé des troubles dans tout Xuzhou et a fait ériger des structures en bois pour aider à prévenir les inondations futures.


Faire respecter la discipline et la loi
Su Shi appliquait aussi strictement la loi pour renforcer les normes déchues de la discipline militaire. Après l'accession au trône de l'empereur Zhezong en 1085, Su Shi a demandé un poste de magistrat et a été envoyé à Dingzhou, une région à la frontière de l'empire Khitan Liao.


À Dingzhou, les fonctionnaires civils et militaires étaient corrompus ; la loi était inexistante. L’académie militaire cannibalisait les rations et les primes des soldats, les soldats étaient arrogants et désobéissants, et l’ancien magistrat n’osait rien faire pour ramener l’ordre.


À son arrivée dans la région, Su Shi a pris une série de mesures pour remédier à cette triste situation. Il nomma les officiers corrompus à de nouveaux postes où ils auraient moins de possibilités de commettre leurs malversations, rénova les casernes et nettoya la culture militaire. Il interdit l’alcool et le jeu, veilla à ce que les vêtements et les rations des sergents ne soient pas saisis et utilisa divers autres moyens pour restreindre la conduite des soldats.


Cependant, les membres de l'establishment militaire ont été effrayés par les actions de Su. Un certain nombre de soldats se sont plaints de leur commandant. Les troubles ont suscité l'inquiétude des officiers. Su Shi a déclaré : "Laissez-moi m'occuper de cela personnellement. Vous laisser déposer une plainte causerait le chaos dans l'armée." Le commandant a été immédiatement assigné à l'exil, et l'atmosphère dans l'armée est revenue à la normale.


Puis vint le temps de l’examen printanier des troupes. Cependant, les bureaucrates militaires avaient longtemps laissé le protocole de classement tomber en désuétude. Voyant leur organisation dans cet État, Su Shi a ordonné que les anciens grades soient rétablis, et que la cérémonie d’inspection soit effectuée avec tous les officiers et les hommes portant des uniformes selon la hiérarchie appropriée.


Un poète du peuple
Su Shi était un homme du peuple et prenait les épreuves comme une joie. Bien qu’il ait souvent été réaffecté à de nouveaux endroits au cours de sa carrière, il ne s’est jamais plaint et a rempli ses fonctions du mieux qu’il pouvait, peu importe où il se trouvait.


Alors qu’il était en poste à Hangzhou, dans l’est de la Chine, la ville dû faire face à une triple catastrophe: sécheresse, famine et peste en même temps.


Su Shi a restauré et amélioré l’infrastructure autour du lac occidental (Xi Hu), apportant la prospérité à la population de Hangzhou. (Image: Vladimir K via Flickr / CC BY-SA 2.0)


Su Shi a alloué 2 000 taels d'argent provenant du surplus public et a affecté 50 taels de son propre or à la création d'un hôpital de charité, qui traitait les pauvres et les nécessiteux. Au printemps de l'année suivante, il vendit du riz à prix réduit, fit préparer du porridge et de la soupe, et envoya des fonctionnaires -emmener des médecins dans les quartiers afin de soigner les malades. De nombreuses vies ont été sauvées grâce à cette aide opportune et la peste a reculé.


Hangzhou est d’abord devenue une métropole dans la dynastie Song. Mais avant cette époque, la région était considérée comme éloignée et arriérée. En raison de sa situation côtière, l’eau de source était trouble et saline. À partir de la dynastie Tang (l’empire précédant les Song), les administrateurs locaux avaient creusé des puits et puisé de l’eau douce en dragage du lac Ouest. Les efforts de Bai Juyi, un fonctionnaire et aussi un poète renommé des Tang, pour relier le lac au Grand Canal avaient porté leurs fruits et a permis à l’agriculture dans la région de prospérer.


Cependant, le dragage constant du lac Ouest était nécessaire pour maintenir l'approvisionnement en eau pour l'irrigation. Après le chaos qui a suivi la fin de l'empire Tang, il n'y avait personne pour faire le dragage. Le lac lui-même et les canaux de raccordement étaient couverts de mauvaises plantes aquatiques et de boue. Les puits étaient également obstrués en raison d’un manque d’entretien.


Sachant que le lac était la clé pour résoudre la sécheresse et par extension en finir avec la faim, Su Shi a fait creuser deux canaux et construire un remblai de 12 miles de long pour retenir l'eau du lac et augmenter sa profondeur. Les puits ont été re-forés, et le remblai du lac Ouest a également servi de voie commode de circulation. Su Shi est devenu connu sous le nom de "Seigneur Su du Remblai".


Les mauvaises herbes ont été éradiquées grâce à une solution simple et productive : Su Shi a demandé aux agriculteurs de cultiver des châtaignes d'eau à la surface du lac, bloquant ainsi la lumière du soleil et empêchant la croissance des mauvaises herbes sous l'eau.


Bien qu'étant un dirigeant efficace qui savait comment accomplir les choses, Su Shi n'était pas adepte des manœuvres politiques et était généralement perdant face aux intrigues de la cour impériale Song. Le grand poète a été exilé de Hangzhou.


Mais 20 ans plus tard, lorsque Su Shi est revenu à la ville, il a découvert que les habitants de Hangzhou avaient son portrait accroché dans presque toutes leurs maisons. Certaines personnes ont construit un sanctuaire pour honorer ses actions et lui témoigner leur gratitude.Su est resté modeste, disant qu'il avait simplement fait son travail de magistrat.


Su Shi a dit : "La survie ou la disparition du pays dépend de sa moralité, pas de sa force. La longévité d'une dynastie réside dans le respect qu'elle a de ses traditions, et non pas dans le fait qu'elle soit riche ou pauvre"


Tout au long de sa vie, Su Shi a connu des revers et des infortunes politiques, mais n'a jamais renoncé aux principes de la véritable et bonne gouvernance. Il a validé ces principes par ses actions, et les a exprimés par ses vers.

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.