"Echo of Things Chinese " : Un magazine consacré à la préservation de la culture et de l'artisanat chinois traditionnels

Huang lui-même est non seulement le fondateur, mais aussi le planificateur en chef et le directeur artistique d’ "Echo of Things Chinese", un magazine basé à Taiwan et consacré à la collecte et à la préservation de la culture et de l'artisanat chinois traditionnels. (Image : Taste of Life)


Yongsong Huang est une personne aimable et chaleureuse et dont l’apparente jeunesse vient contredire son âge de plus de 70 ans. Huang lui-même est non seulement le fondateur, mais aussi le planificateur en chef et le directeur artistique d’ "Echo of Things Chinese", un magazine basé à Taiwan et consacré à la collecte et à la préservation de la culture et de l'artisanat traditionnels chinois. Bien qu'il ait passé 44 ans à enregistrer cinq millénaires d'héritage culturel chinois, le pur plaisir de chaque découverte lui fait toujours briller les yeux.


Huang partage avec "Taste of Life" (TOL) ses passions, philosophies et défis qui ont été - pendant quatre décennies - ses sources de motivation.


TOL : Comment avez-vous lancé "Echo of Things Chinese" ?

Huang : Lorsque j'ai obtenu mon diplôme de l'école d'art de Taïwan, j'étais impatient de partir à l'étranger. Par un heureux hasard, j'ai rencontré une amie, Wu Meiyun, qui est devenue plus tard ma partenaire commerciale. Elle venait de rentrer de l'étranger pour réaliser un documentaire d'information sur notre civilisation à l'intention de ceux qui étudient ou vivent à l'étranger - ce qui était exactement ce pour quoi j'avais travaillé dur. Au cours de notre conversation, elle m'a dit que la société taïwanaise connaissait des changements rapides, mais qu'il lui manquait quelqu'un pour faire le lien entre les anciennes et les nouvelles traditions, et qu'elle pouvait facilement se rompre.


Un de mes professeurs m'avait également dit que notre culture traditionnelle était comme une tête qui tombe en arrière alors que les arts modernes sont comme des jambes qui courent en avant de toutes leurs forces - nous avions besoin de quelqu'un qui devienne "le torse" pour que notre culture puisse avancer comme un corps entier. Les remarques de ces deux personnes m'ont beaucoup inspiré.


Peu de temps après, Wu Meiyun et moi avons commencé nos préparatifs dès janvier 1971. Nous avons publié notre premier numéro de "Echo of Things Chinese", qui n’a pas cessé de paraître depuis cette date.


Yongsong Huang est une personnalité aimable et chaleureuse et dont l’apparente jeunesse vient contredire son âge de plus de 70 ans

TOL : Selon vous, quelle est l'importance de l'art traditionnel ?

Huang : La croissance industrielle rapide de la Chine continentale a rendu l'artisanat traditionnel obsolète - aujourd'hui, les produits de masse avec des étiquettes de prix bon marché sont partout. Si les Chinois veulent dominer le marché, les arts et l'artisanat traditionnels doivent à nouveau faire partie de l'équation.


Les arts et l'artisanat représentent une grande partie de notre vaste histoire. L'érudit de la dynastie Ming Song Yingxing (1587-1666) a publié une encyclopédie connue sous le nom de Tiangong Kaiwu (qui se traduit par L'exploitation des œuvres de la nature, ou Créations célestes) en 1637, la 10e année du règne de l'empereur Chongzhen. Il est devenu le premier livre au monde à enregistrer les techniques traditionnelles de production, tant dans l'agriculture que dans l’artisanat.


Il se trouve que la même année, René Descartes a publié son célèbre Discours de la méthode. Grâce à son livre, la science cognitive s'est imposée en Occident et a dominé la vague émergente de la culture occidentale « moderne".


L'exemplaire original de Tiangong Kaiwu a été perdu pendant la dynastie Qing (1644-1912), mais heureusement, de nombreux autres pays avaient conservé leurs exemplaires du livre, et il a été redécouvert dans les premières années de la République de Chine. Il existait plusieurs versions, traduites en sept langues, dont le japonais, l'anglais, le français et l'allemand. Cependant, aucune n'était en chinois.


Un tel arrêt de l'artisanat a ensuite contribué à l'infériorité de la Chine dans le monde de l'art moderne, ce qui a encore affecté sa crédibilité globale. De ce point de vue, les traditions et l'artisanat sont essentiels à la société. Nous ne devons pas nous détacher de nos racines uniquement pour poursuivre les tendances modernes, sinon nous deviendrons des vagues qui dérivent sans but avec le courant.


"Echo of Things Chinese", un magazine basé à Taiwan, est consacré à la collecte et à la préservation de la culture et de l'artisanat traditionnels chinois. (Image : Taste of life)


TOL : "Echo of Things Chinese" est publié depuis plus de 40 ans maintenant. Quels ont été vos plus grands défis et qu'est-ce qui vous a donné la force de persévérer ?

Huang : Dès le début, toutes les personnes impliquées dans le magazine ont été entièrement dévouées – même alors que nous perdions de l’argent.


Ma partenaire a suggéré que nous illustrions les questions profondes en termes simples par la photographie, la mise en page et le texte. Bien que cela semble simple, c'était une chose très difficile à faire. Les informations devaient être vérifiées de manière précise et minutieuse.


"Faire une montagne à partir d'une colline" est devenu notre modus operandi : l'idée était que, si vous faites des recherches détaillées sur un sujet, aussi petit soit-il, vous en tirerez beaucoup de connaissances. Nous avons organisé ces sujets dans un cadre, comme une banque de gènes pour la culture traditionnelle chinoise.


Tous les membres de l’équipe de " Echo of Things Chinese " ont fait partie, à un moment donné de leur vie, d'une culture en voie de disparition. Lorsqu'ils ont commencé à découvrir ces gènes culturels inestimables, cela a touché leur cœur de façon merveilleuse et a maintenu leur culture en vie.


Source ; Taste of life

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.