Quand l'impossible devient possible

Une expression chinoise dit que "la difficulté est pour ceux qui ne peuvent pas, pas pour ceux qui peuvent". Cela signifie qu'un problème semble très difficile ou impossible pour quelqu'un qui n'a pas la capacité de le résoudre, mais pas pour ceux qui en ont la capacité. De l'Antiquité à nos jours, il y a eu quantité d’histoires à propos de pratiquants vertueux tendant la main à ceux dans le besoin et résolvant des problèmes difficiles.


Sauver deux vies avec une seule aiguille
Sum Simiao (541-682 après J.-C.) est connu comme le roi de la médecine dans l'histoire chinoise. Ses deux livres, Qianjin Yaofang et Qianjin Yifang, étaient considérés comme de grandes encyclopédies médicales dans la Chine ancienne.


Un jour, il est tombé sur un groupe de personnes portant un cercueil et allant au cimetière. Ayant remarqué que du sang s'écoulait du cercueil, Sun l'a examiné et a su que la personne pouvait être sauvée. Il a alors couru après eux et a crié : "Arrêtez ! Arrêtez ! Je peux sauver cette personne ! Elle n'est pas encore morte !"


Les gens l'ont ignoré, pensant qu'il était fou. Sun les a suppliés de s'arrêter et de poser le cercueil, mais personne ne l'a écouté, car les gens du coin considéraient qu'arrêter un cercueil à mi-chemin portait malheur. Sun n'a pas eu d'autre choix que de les suivre et de continuer à crier : "Cette personne est morte en accouchant- le bébé n'est pas sorti, et la mère a continué à saigner et est morte aussi, n'est-ce pas ? Elle continue de saigner maintenant, ce qui signifie que cette personne peut être sauvée. Veuillez poser le cercueil maintenant, sinon il sera trop tard".


Surpris par sa description précise, comme s'il avait vu tout l'incident, les gens se sont arrêtés. Ils ont posé le cercueil et l'ont ouvert. Sun a sorti une aiguille et a piqué le point d'acupuncture approprié de la femme.


Peu de temps après, elle est revenue à la vie avec une expiration. Au moment où tout le monde était pris de surprise et de joie, les cris d'un bébé se sont fait entendre. La mère et le bébé ont été sauvés, et les gens ont applaudi.


Ce miracle de sauver deux vies avec une seule aiguille a rapidement été connu à la ronde.*


Traiter les fléaux par le repentir
Zhang Daoling, un taoïste renommé durant la dynastie orientale des Han (25 avant JC-220 après JC), avait des dizaines de milliers de disciples. Comme d'autres taoïstes, il se focalisait sur l'amélioration du caractère et l'éveil spirituel.


En plus d'enseigner à ses disciples, Zhang guidait aussi le public à s'efforcer d'atteindre un niveau moral plus élevé et une meilleure conduite. Sa façon unique de lutter contre les fléaux en est un exemple.


Zhang demandait aux personnes infectées d'écrire tous les méfaits qu'elles avaient commis au cours de leur vie. Puis elles devaient mettre le papier dans l'eau et jurer au divin de ne plus faire de mauvaises choses.Elles devaient également promettre que, si elles refaisaient le mal, elles préféreraient mettre fin à leur vie.


De nombreuses personnes ont suivi ce conseil et se sont rétablies. D'autres en ont entendu parler, ont suivi les consignes et ont été guéris. Ainsi, Zhang et ses disciples ont sauvé des centaines de milliers de vies.


L'infection au coronavirus guérie en récitant "Falun Dafa est bon"
Minghui.org a publié en mars 2020 l'histoire d'un couple de médecins de Wuhan qui s'est miraculeusement remis du coronavirus après avoir suivi le conseil de leur neveu de réciter "Falun Dafa est bon" et "Sincérité-Bonté-Patience est bon".


Le neveu est un pratiquant de Falun Dafa vivant en Amérique du Nord. Le Falun Dafa est une pratique du corps et de l'esprit basée sur le principe de Sincérité-Bonté-Patience (.Falun Dafa hao- Zhen-Shan-Ren hao) Vous trouverez ci-dessous un extrait de l'histoire racontée par le neveu.


    Avant même le Nouvel An chinois de 2020, j'avais déjà lu un article sur l'épidémie de coronavirus à Wuhan. Comme mon oncle y vit, je l'ai appelé pour lui rappeler de faire des provisions de nourriture. Il a ignoré la nouvelle et m'a dit de ne pas croire aux rumeurs. "Wuhan ira bien", m'a-t-il assuré.


    Nous avons eu une vidéoconférence le 31 janvier 2020, et il avait l'air faible et déçu, comme s'il me faisait ses adieux. "Je ne savais rien de l'épidémie avant que Wuhan ne soit bouclé", a-t-il dit. "Et ta tante [sa femme] et moi sommes allés un peu partout pour faire la fête et jouer au mah-jong avec des amis. Mais après cela, nous avons tous les deux eu la fièvre."


    Comme ma tante et mon oncle sont tous deux médecins, ils ont commencé à se faire des injections l'un à l'autre pour faire baisser leur fièvre. Mais leur état s'est détérioré au bout d'une semaine. Leurs fièvres ont persisté et ils ont perdu tout espoir.


    Je lui ai dit d'essayer de réciter "Falun Dafa est bon" et "Sincérité-Bonté-Patience est bon".

    "Sornettes", m'a-t-il répondu avec impatience. "Si c'est ce que tu veux me dire, on ferait mieux de s'arrêter là."


    J'avais commencé à pratiquer Falun Dafa à l'université. J'ai été expulsé de l'école en raison de mes convictions après que le parti communiste chinois a commencé à persécuter le Falun Dafa. J'ai ensuite quitté la Chine et j'ai commencé une nouvelle vie en Amérique du Nord. Mon oncle pensait que j'étais têtu de ne pas avoir abandonné la pratique.


    Je lui ai alors suggéré d'essayer le thé à l'ail. Le lendemain, mon oncle m'a rappelé. "Le thé à l'ail n'a pas marché", m'a-t-il dit. "C'est fini pour nous."


    En voyant sa frustration et son désespoir, j'ai su qu'il avait besoin d'aide. "Mon oncle, tu es médecin, donc tu sais qu'il n'y a pas encore de médicaments pour le coronavirus et que beaucoup de gens à Wuhan en sont déjà morts. Si tu étais après l'argent ou la gloire, je ne pourrais pas t'aider. Mais si tu veux être en sécurité et en bonne santé, Falun Dafa est ce qu'il y a de mieux".


    Il m'a demandé ce que je pensais de Falun Dafa. " Cela m'a donné une bonne santé ", lui ai-je répondu.

    Penses-tu vraiment que je devrais le faire ?


    J'ai dit : " Tu devrais continuer à réciter "Falun Dafa est bon, Sincérité, Bonté Patience est bon ". Tu peux le dire à voix haute. Si quelque chose change, fais-le moi savoir". Il a accepté.


    Ce soir-là, j'ai appelé mon oncle et je lui ai demandé : "Comment ça va maintenant ?"

    "Ça m'a aidé", a-t-il dit. "Après l'apparition de la fièvre, j'étais tout le temps stressé et je pouvais à peine dormir. Après avoir récité ces mots la nuit dernière, j'ai bien dormi. Je pense que ça a marché."


    Heureux d’apprendre qu'il allait mieux, je lui ai dit : "Pour t'aider à récupérer, j'espère que tu vas essayer de faire les exercices de Falun Dafa." Je lui ai envoyé les instructions vidéo des exercices.


    Ce soir-là (déjà le matin en Chine), mon oncle m'a envoyé un message vocal : "Je vais bien maintenant. Ça a tout d’un miracle !" Il m'a dit que la fièvre avait disparu cette nuit-là. De plus, ses jambes, qui étaient toujours froides, étaient maintenant chaudes et détendues. "Je dois aller le dire à ta tante maintenant. Elle a été hospitalisée", a-t-il dit.


    En voyant mon oncle se rétablir, ma tante a commencé à réciter ces phrases aussi. Après avoir commencé à pratiquer les exercices de Falun Dafa, elle s'est remise elle aussi.


Du passé au présent, il y a eu trop de choses que la science n'a pas pu expliquer. Parfois, dans les moments les plus difficiles, ce que nous devons faire, c'est peut-être d'ouvrir nos esprits et de rompre avec nos préjugés. Peut-être que ce qui peut nous aider est juste sous nos yeux.


Voir également

http://www.fr.clearharmony.net/articles/a123404-Une-reponse-salvatrice-au-coronavirus.html#.YC6FMHnjLIU


Version anglaise:
When impossible becomes possible
Version chinoise:
救命 就差这层窗户纸

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.