Nouvelles tardives : Une femme de Pékin meurt après avoir été torturée en prison et harcelée

Lorsque le Parti communiste chinois (PCC) a commencé à persécuter le Falun Gong en juillet 1999, tout le monde ne croyait pas à la propagande calomnieuse sur la discipline spirituelle basée sur le principe Authenticité-Bienveillance-Tolérance.


Mme Yang Jun, une agricultrice qui vivait dans la banlieue de Pékin, a décidé qu’elle devait examiner par elle-même les enseignements du Falun Gong afin de décider si elle devait ou non croire les mensonges du PCC. Cela s’est avéré être une occasion pour elle de commencer à le pratiquer.

Désireuse de défendre le Falun Gong et de dissiper les malentendus du public à son sujet, Mme Yang a apporté un exemplaire du Zhuan Falun, l’enseignement du Falun Gong, aux responsables de son village pour qu’ils le consultent. Elle a été signalée et arrêtée. Après cela, la police est venue fréquemment la harceler et lui demander de renoncer à sa croyance.


Le 25 décembre 2006, Mme Yang a été arrêtée sur son lieu de travail. Elle a d’abord été détenue dans un centre de lavage de cerveau avant d’être envoyée dans un camp de travail. Lorsque sa famille lui a rendu visite au camp de travail le 5 février 2007, deux gardiens ont dû la porter. Elle a dit à sa famille que les gardiens ne la laissaient pas dormir et elle a demandé à sa famille de l’aider à révéler la persécution. Les gardes l’ont entendue, l’ont ramenée à l’intérieur et ont mis fin à la visite.


Après sa libération, elle a raconté que les gardiens l’ont sauvagement battue. Une fois, elle a perdu connaissance et a été laissée allongée par terre dans les toilettes pendant des heures. Elle a perdu le contrôle de ses intestins à cause des coups et s’est soulagée dans son pantalon. Ces mauvais traitements à long terme lui ont également fait développer un diabète.


Lors des Jeux olympiques de Pékin en 2008, la police a arrêté la plupart des pratiquants figurant sur leur liste noire, dont Mme Yang. Elle a ensuite été condamnée à deux ans de prison et a été constamment battue. Les gardes l’ont giflée au visage, choquée avec des matraques électriques, privée de sommeil, l’ont affamée et forcée à s’asseoir sur un petit tabouret sans bouger pendant de longues heures.


Lorsqu’elle est rentrée chez elle, la police et les responsables du village ont continué à la harceler. Elle a progressivement cessé de pratiquer le Falun Gong et sa santé a continué à décliner à cause des tortures subies en détention. À l’automne 2014, elle était grabataire et est décédée en septembre 2015. Elle avait une cinquantaine d’années.


Pendant que Mme Yang était emprisonnée, ses deux jeunes filles ont été privées des soins de leur mère et n’ont pas terminé leurs études. Sa fille cadette a développé un lupus érythémateux. Et, en raison d'un accident médical, elle s’est retrouvée avec une nécrose de la tête fémorale et est devenue infirme.

Traduit de l'anglais

Version anglaise :
https://en.minghui.org/html/articles/2021/2/16/190960.html

Version chinoise :
https://www.minghui.org/mh/articles/2021/2/11/420186.html

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.