Une Jeune pratiquante : Éliminer la jalousie et l'attachement au confort

Je suis une jeune pratiquante de Falun Dafa. Grâce au salut miséricordieux du Maître, j'ai l'opportunité prédestinée de pouvoir me cultiver et de faire partie de la rectification du Fa. Voici mes expériences récentes concernant l'élimination de la jalousie et de l'attachement au confort.


Voir mon problème du point de vue d'un autre pratiquant
Au cours de l'année précédente, j'ai souvent passé des appels pour clarifier la vérité en Chine. Après avoir reçu une formation, j'ai appris le contenu et les compétences et j'ai pu aider les autres pratiquants qui ont rejoint le projet après moi.


Un jeune pratiquant bilingue qui passe des appels avec moi ne parle pas bien le chinois, car il parle avant tout l'anglais dans sa vie quotidienne. Il m'a dit plusieurs fois qu'il m’enviait, parce que j'étais capable de bien converser avec les gens et de les persuader de quitter les organisations communistes. J'ai trouvé sincère de sa part d'exposer sa propre jalousie, que j'aurais moi-même eu du mal à admettre, surtout devant la personne dont je suis jalouse. Pour le rassurer, je lui ai dit que j'avais beaucoup de choses à améliorer, comme avoir plus de compassion, de sens de l'urgence et de diligence, et que mes appels téléphoniques n'avaient pas autant de succès qu'il le pensait. Il m'a répondu : "Le pratiquant qui collecte des signatures avec moi a dit la même chose. Ceux d'entre vous qui obtiennent de bons résultats ont tendance à parler de la même manière."


À ce moment-là, j'ai vraiment pensé que ce pratiquant avait fait ressortir ma propre jalousie envers les autres. Je comprenais parfaitement ces paroles suscitées par la jalousie et son état d'esprit. Toutes mes conversations téléphoniques réussies semblaient avoir été entendues par mon compagnon de pratique, mais pas mes appels infructueux, comme si une fausse apparence avait été créée afin de renforcer sa jalousie. Bien que je ne savais pas comment l'aider à se débarrasser de ce sentiment, j’ai pu voir clairement, en tant que spectateur, comment la jalousie était créée à travers une perception déformée. S'il pouvait voir à travers la fausse apparence, il découvrirait que la réalité n'était pas comme ce qu'il avait entendu ou vu, et qu'il n'y avait aucune raison d'être jaloux de moi. Je remercie le Maître de m'avoir permis d'observer la jalousie sous un angle différent.


La racine de la jalousie : "Je suis la meilleure ».
Falun Dafa m'a gratifiée de beaucoup de sagesse. Cependant, au fil du temps, je me suis progressivement éloignée de Dafa, et me suis validée moi-même au lieu de Dafa. En conséquence, la jalousie, le ressentiment, l'attachement à me mettre en avant, le zèle, la mentalité de compétition, les sentiments d'infériorité, la suffisance, etc. ont commencé à faire surface.


J'avais l'habitude d'identifier ma jalousie, mon ressentiment et d'autres notions humaines sur un certain sujet, et je les rejetais une par une. Un jour, je me suis rendu compte que toutes ces notions provenaient d'une seule et même chose, l'égoïsme, et partageaient un même prérequis : "Je suis la meilleure." C'est pourquoi je ne voulais rien entendre de négatif sur moi, et ne pouvais pas accepter le fait que les autres étaient meilleurs. Je devenais sensible lorsque d'autres personnes se mettaient en avant et je le prenais comme un signe de compétition. Lorsque je gagnais, mon zèle et mon attachement à me mettre en avant se manifestaient. Quand je perdais, mon ressentiment et mes sentiments d'impuissance et d'infériorité se manifestaient. J'étais coincé dans ce cercle vicieux.


Je détestais voir quelqu'un se vanter, surtout quand je n'étais pas d'accord avec son opinion, ou quand quelqu'un minimisait accidentellement mon opinion. Même si je ne disais rien de fort en cas de désaccord, du fait de ma personnalité, j'étais généralement rancunière et cessais de prêter attention à la personne.


En approfondissant ma compréhension du Fa, je me suis rendu compte que j'avais tous les comportements que je n'aimais pas voir chez les autres. Je ne parlais pas beaucoup, mais tous mes mots étaient soigneusement réfléchis et avaient pour but de me valider. C'est la raison pour laquelle j'avais souvent constaté que mes mots n'exprimaient pas ce que je voulais dire, ou étaient parfois mal compris par les autres. J'ai réalisé plus tard que c'était parce que je me souciais tellement de la façon dont les autres percevaient mon opinion, et que je ne pouvais pas être imparfait aux yeux des autres parce que je pensais être le meilleur. Je ne disais ce que je voulais sans hésiter que devant mes proches, car je savais qu'ils ne me contrediraient pas.


J'ai réfléchi à ma propre mentalité lorsque je me mettais en avant. Je voulais montrer que j'avais fait le tour de la question et que je maîtrisais l'essence de la situation. Puisque je pensais avoir raison, je devais le dire aux autres, sinon ils ne le sauraient pas. Je n'exprimais pas mon opinion pour recevoir un feedback de manière modeste, mais je minimisais inconsciemment les autres pour me valoriser et satisfaire ma vanité. J'ai commencé à chercher consciemment mes torts à l'intérieur de moi lorsque les autres me minimisaient. Si je ne trouvais pas que j'avais fait quelque chose de mal, ou si je savais que les autres voulaient sauver la face, je ne discutais pas, mais je choisissais volontiers de les laisser prendre le dessus, ce qui pouvait être une occasion pour moi de dissoudre mon karma.


Je me suis souvent rappelé que le but de la communication était d'échanger des opinions avec les autres, et non de me valider, et qu'il était donc inutile de prêter attention à la perception que les autres ont de moi. Je me suis dit que ce que les gens disent dans ce monde terrestre peut ne pas être leur véritable opinion, et que l'opinion que chacun a des autres dépend de sa propre situation.


La notion "Je suis la meilleure" a une origine profonde, mais elle n'a pas de racine. C'est simplement ce que les gens ordinaires recherchent selon les notions des gens modernes, mais cela va à l'encontre du principe de suivre le cours de la nature.


Un autre problème grave concerne mes schémas de pensée à caractère négatif. Par habitude, j'avais de mauvaises pensées à l'égard des autres et je me concentrais sur les défauts des autres. Même lorsque j'essayais d'aider les autres, je les encourageais rarement, mais je soulignais leurs problèmes ou les blâmais. Par exemple, il y a quelques jours, le site Minghui a demandé des articles de partage d'expérience. J'avais l'habitude de penser que je n'étais pas douée pour la cultivation et que je n'avais rien de bon à partager, mais j'ai adopté un mode de pensée positif cette fois-ci, et j'ai trouvé plusieurs exemples de cultivation que je pouvais partager. J'essaie d'appliquer cette pensée positive aux êtres, aux autres pratiquants et à moi-même. Dès que quelque chose déclenche mes pensées négatives, je l'attrape, le rejette et le transforme en pensées droites, car tout ce que nous rencontrons est une bonne chose.


La jalousie se manifeste par des pensées vicieuses et négatives. Si je la suis, elle fera tout pour renforcer ma négativité, créer de nombreuses fausses apparences, et ne ménagera aucun effort pour me tirer vers le bas. La notion de "je suis la meilleure" est extrêmement égoïste et, selon moi, elle est à l'origine de la jalousie. C'est le principe "œil pour œil" de l'ancien univers. Cependant, le nouvel univers est complètement altruiste et harmonieux.


Le maître nous a dit :

    "Toutes les vies du futur seront altruistes, alors que les vies du passé étaient égoïstes. (Applaudissements) Certaines vies n'ont aucune considération pour les autres en poursuivant leurs propres intérêts, cela a été absolument démontré dans ce monde. Certaines personnes dans ce monde, pour une vaine dignité, ne se préoccupent jamais des autres peu importe les blessures qu’elles leur causent. Chez certaines personnes, l'égoïsme se manifeste de manière très perverse, certains cherchent délibérément à malmener les autres et les rabaissent toujours. Personne ne leur donne le droit d'agir ainsi. Vous ne devez pas être ainsi, aucune personne cultivant et pratiquant Dafa ne doit être ainsi."( Enseignement du Fa à la conférence de Loi internationale à New York)


L'attachement sournois au confort
Quand c'était l'heure du déjeuner aujourd'hui, ni mon mari ni moi n'avions envie d'aller réchauffer le repas. J'ai dit avec désinvolture : "Nous sommes tous les deux vraiment paresseux. Un moine va chercher de l'eau pour boire, deux moines portent de l'eau pour boire, mais trois moines n'ont pas d'eau." Dès que j'ai terminé la dernière phrase, j'ai réalisé que j'avais exposé ma dépendance envers les autres.
Mes parents me demandaient rarement de faire des tâches ménagères quand j'étais jeune. Après mon mariage, je me suis appuyée sur mon mari pour de nombreuses choses. J'ai progressivement réalisé que derrière cette dépendance se cachait mon attachement au confort.


La paresse est l'apparence de mon attachement au confort, qui fait que je ne suis pas disposée à faire le ménage ou les exercices. Je manque de persévérance pour faire les exercices quotidiens, et je saute les exercices en utilisant des excuses comme la lecture d'articles de partage d'expérience. Je manque même le moment d'envoyer des pensées droites, et parfois je m'assoupis en envoyant des pensées droites. J'ai perdu beaucoup de temps à faire la grasse matinée. J'aurais pu faire plus, mais je ne l'ai pas fait, à cause de ma paresse.


Mon attachement au confort me dit : "Je ne suis pas capable de le faire". Il renforce continuellement ces pensées, me faisant fuir mes responsabilités et m'en remettre aux autres. L'attachement au confort se manifeste également sous la forme d'une notion négative de mes propres capacités intellectuelles, ce qui m'incite à renoncer à des tâches plus difficiles et à choisir des tâches simples. Lorsque je prévois de passer des appels téléphoniques en Chine, mon attachement au confort me fait imaginer des personnes aux attitudes désobligeantes et me pousse à compter sur mes collègues pratiquants pour m'accompagner. Il me faut souvent un certain temps pour me persuader de passer des appels.


Mon attachement au confort est sournois. Il se cache derrière ma dépendance excessive, ma mentalité de lutte ou ma jalousie. Je n'avais pas réalisé à quel point je l'avais laissé grandir. Ce n'est pas parce que j'étais une étudiante travailleuse et auto disciplinée que je n'avais pas d'attachement au confort. C'était simplement parce que ma quête de gloire et de fortune était plus forte que mon attachement au confort, qui se cachait de manière à ce que je ne le remarque pas. Maintenant que la pression est passée, mon attachement au confort est apparu ouvertement sur le devant de la scène, et m'a pris par surprise.
La meilleure façon de me débarrasser de mon attachement au confort dans la situation actuelle est de participer à l'étude du Fa en groupe, aux exercices de groupe, aux projets de clarification de la vérité et à l'envoi de pensées droites.


Alors que j'écrivais cet article, j'ai fait un rêve une nuit sur mon problème de repli sur soi face aux difficultés. Une pensée m'est venue à l'esprit pendant mon rêve : "Tu ne fais pas partie des difficultés. Elles ont l'air énormes, mais lorsque tu interviens, et commences à intervenir, elles sont modifiées structurellement, et ne sont plus d'énormes difficultés."


Je me suis réveillée de ce grand rêve, sans souci, et pleine de confiance.


Le maître a dit :

    " Lorsque je cultivais dans le passé, de nombreux hommes de grand caractère m’ont dit ceci : bien que vous puissiez trouver quelque chose vraiment difficile, lorsque c’est difficile à endurer, essayez d’endurer. Quand vous êtes face à quelque chose d’impossible ou de difficile à faire, peut-être que cela peut être fait. C’est vraiment le cas, et vous pourriez vouloir en faire l’essai lorsque vous rentrerez. En traversant de réels tribulations ou tests, essayez. Lorsque quelque chose est difficile à endurer, endurez le un peu ; lorsque quelque quelque-chose paraît impossible ou difficile à faire, faites l’essai et voyez si c’est après tout possible à faire. Si vous pouvez vraiment faire cela, alors vous pourriez découvrir qu’il y a de la lumière au bout du tunnel. " (“Enseigner le Fa et répondre aux questions à Jinan,” Zhuan Falun Fajie – La Loi de Zhuan Falun expliquée) (traduit librement de l’anglais)


Merci, Maître, pour votre salut compatissant !


Traduit de l’anglais
Version en anglais :
Young Practitioner: Eliminating Jealousy and the Attachment to Comfort

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.